Le système des «spitzenkandidaten»

L’appellation allemande des « candidats têtes de liste » recouvre un mécanisme qui, selon ses promoteurs du Parlement européen, traduit dans la lettre l’esprit des traités européens en ce qui concerne les modalités de désignation du président de la Commission européenne. Le traité de Lisbonne, entré en vigueur en 2009 mais appliqué pour la première fois aux élections de 2014, prévoit que c’est le Conseil européen (les chefs d’Etat ou de gouvernement) qui, « à la majorité qualifiée », propose un président à l’approbation du Parlement européen « en tenant compte du résultat des élections et après avoir mené les consultations appropriées ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct