Bande dessinée: la religion de la fessée

Eugénie, la religieuse du sexe coupable.
Eugénie, la religieuse du sexe coupable. - Futuropolis.

Reporter littéraire, le Bordelais Christophe Dabitch est un aventurier des méandres de l’Histoire. En compagnie du virtuose argentin de la couleur, Jorge Gonzalez, il a remonté le temps pour éplucher les rapports de police sur Eugénie Guillou, que le tout-Paris surnommait la « Religieuse » des maisons closes dans les nuits chaudes du XXe siècle naissant. Aux archives de la préfecture, Christophe Dabitch a fouillé parmi les 100.000 encartées, les insoumises, les racoleuses pour remettre la main sur son sulfureux manuel du fouet et ses lettres personnelles. Un fantôme a jailli des pages jaunies, celui d’une femme aux cheveux noirs, aux yeux marron, cachée sous un petit chapeau de velours garni de cerises… Selon les inspecteurs de l’époque, elle était plutôt « mal faite » et l’on perd sa trace en 1913.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct