Négociations wallonnes: le coquelicot irrite au CDH et exaspère au MR

Au CDH, on campe sur ses positions. «
Notre parti n’est pas en capacité de peser dans le rapport de forces au sein d’une majorité en Wallonie, il faut être conséquents, nous avons fait le choix de l’opposition
», Julien Matagne.
Au CDH, on campe sur ses positions. « Notre parti n’est pas en capacité de peser dans le rapport de forces au sein d’une majorité en Wallonie, il faut être conséquents, nous avons fait le choix de l’opposition », Julien Matagne. - BRUNO FAHY

On connaît le problème : il manque trois sièges au Parlement wallon pour donner sa chance au fameux coquelicot rouge-vert-société civile. Les centristes-humanistes peuvent-ils combler le handicap ? Ce n’est pas gagné…

Élu dans l’arrondissement de Charleroi, Julien Matagne est l’un des dix élus du CDH au Parlement wallon susceptible d’apporter son soutien à un programme de gouvernement progressiste. L’élu centriste-humaniste nous l’expliquait ce dimanche : « Maxime Prévot a tracé la ligne, il a précisé quelle était notre position pour l’instant, et je le suis à 100 %. Et quand je dis “pour l’instant”, qu’il n’y ait pas de malentendu, je pense par là à la législature entière. Le CDH a perdu aux élections, c’est le signal de l’électeur, notre parti n’est pas en capacité de peser dans le rapport de forces au sein d’une majorité en Wallonie, il faut être conséquents, nous avons fait le choix de l’opposition. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct