Bouli Lanners au «Soir»: « Il n’y a qu’une chose à mettre en place : la décroissance »

«
Le fait de militer depuis des années avec des scientifiques, des économistes ne me rend pas optimiste
» avoue Bouli Lanners.
« Le fait de militer depuis des années avec des scientifiques, des économistes ne me rend pas optimiste » avoue Bouli Lanners. - Olivier Polet.

Rendez-vous place de Brouckère, samedi début d’après-midi. Bouli Lanners est arrivé en train depuis son port d’attache liégeois pour venir débattre de l’avenir de notre planète dans le cadre du 2e Brussels International Film Festival. L’acteur-réalisateur belge milite activement contre le nucléaire, soutient la mobilisation des jeunes contre le réchauffement climatique, crie sa colère devant l’inertie des politiques sur les réseaux sociaux. Les organisateurs du BRIFF l’ont sollicité pour une carte blanche « green planet ». Bouli Lanners a choisi six films (animations, fictions, documentaires) sous forme de sonnette d’alarme. Nous l’avons rencontré juste avant la projection de Fukushima, le couvercle du soleil, un documentaire suivi d’une rencontre entre Bouli Lanners et Francis Leboutte (ingénieur civil et membre fondateur de l’association Fin du nucléaire) avec le public sur la problématique du nucléaire.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct