Le sport, outil de promotion de la paix et de l’inclusion au Nigéria

Dans cet article
Une équipe de football créée grâce à l'initiative Peace Through Sports, qui incite les jeunes des zones de conflit du nord du Nigeria à utiliser le sport comme moyen de tolérance et de promotion de la paix tout en acquérant des compétences qui les aideront à trouver un emploi.
Une équipe de football créée grâce à l'initiative Peace Through Sports, qui incite les jeunes des zones de conflit du nord du Nigeria à utiliser le sport comme moyen de tolérance et de promotion de la paix tout en acquérant des compétences qui les aideront à trouver un emploi. - The Nation

Situé à la 148e place de l’Indice mondial de la paix 2018, le Nigéria vit sous le joug de conflits violents et de crises humanitaires découlant de la marginalisation ethnique et du terrorisme, qui ont à ce jour tué plus de 20.000 personnes et laissé environ 2,6 millions de personnes déplacées rien qu’au nord du pays. En 2016, les affrontements armés de longue date entre éleveurs (Peuls) et agriculteurs (Birom) ont fait environ 2.500 morts, déplacé plus de 62.000 personnes et coûté au pays 13,7 milliards de dollars dans les États touchés, selon l’ancien chef d’État militaire Abdulsalami Abubakar.

Afin de promouvoir la paix et le développement, le Dr Michael Sodipo, expert en consolidation de la paix, a fondé à Kano l’ONG Peace Initiative Network (PIN), qui utilise l’éducation et le sport pour soutenir les jeunes et les femmes, tout en réduisant les tensions entre différents groupes ethniques dans la région nord du pays.

Fondé en 2004, le PIN concentre ses efforts sur trois fronts : le Peace Club, le projet Peace Through Sports et le programme Youth and Women Empowerment. Ces initiatives visent à lutter contre les préjugés et les stéréotypes, générateurs de violence et profondément enracinés chez les différentes minorités ethniques, ainsi qu’à promouvoir l’inclusion sociale.

La formation, clé pour la paix

« Le Peace Club a été conçu pour offrir une éducation à la paix aux jeunes dans les écoles, et jusqu’à présent, nous avons pu toucher plus de 8.000 élèves dans plus de 60 écoles dans les états de Kano et du Plateau », explique Sodipo, aujourd’hui coordinateur de PIN. « Dans le cadre de ce projet, PIN a fourni [aux écoles] du mobilier scolaire, comme des chaises et des bureaux, des machines à coudre, des ordinateurs portables, des caméras et des enregistreurs vocaux. »

Peace Through Sports, quant à lui, permet aux jeunes des zones de conflit du nord du Nigéria de développer des comportements pacifistes tout en acquérant des compétences qui les aideront à décrocher un emploi. « Plus de 35 équipes de football dans certaines zones administratives comme Bagwai, Kura, Minjibir et Metropolitan Kano ont reçu des kits d’entraînement comprenant des maillots, des ballons de football, des trousses de premiers secours, des chronomètres et des sifflets », note Sodipo.

Le programme Youth and Women Empowerment a été conçu en partenariat avec l’association britannique à but non lucratif Peace Direct pour renforcer la résilience des communautés face à la violence à travers des activités génératrices de revenus et de consolidation de la paix. Il opère dans deux villes vulnérables, Kano et Jos, avec des cours de formation de trois mois en couture, fabrication de chaussures et de sacs, réparation de téléphones, coiffure et vulcanisation à environ 300 femmes, afin qu’elles puissent créer leur propre micro-entreprise durable.

À la fin du programme, PIN fournit aux bénéficiaires des outils liés au domaine de formation qu’ils ont choisi. Les femmes ayant appris la couture ont reçu des machines à coudre et à tisser, par exemple, tandis que « celles qui ont acquis des compétences en coiffure ont reçu chacune un sèche-cheveux et un lavabo, et celles qui ont appris la vulcanisation ont reçu des outils tels qu’un générateur », assure Sodipo. Plusieurs jeunes et femmes sans source de revenus stable ont également reçu des machines à moudre le poivre à des fins commerciales, pour les aider à gagner de l’argent.

Devenir agent actif de la résistance

« Les bénéficiaires ont été responsabilisés et ont ainsi pu s’éviter d’être potentiellement recrutés par des groupes extrémistes », explique Sodipo. « Ils ont maintenant les compétences nécessaires pour gagner leur vie, ce qui leur permet d’être des agents actifs de la résistance au conflit dans leurs communautés », ajoute-t-il. « Pour soutenir les différentes micro-entreprises de ses bénéficiaires, PIN a aidé à payer un an de loyer à plus de 40 stagiaires, tandis que beaucoup d’autres ont reçu des fonds pour développer leur entreprise. »

Outre les programmes de sport et d’éducation à la paix, l’ONG organise également des conférences publiques, des séminaires, des ateliers et des conférences sur la résolution de conflits et la paix, plaidant pour l’inclusion des études sur la paix dans les programmes scolaires à tous les niveaux de l’enseignement au Nigeria.

L’organisation sans but lucratif s’adresse également aux personnes handicapées pour assurer l’équité, l’inclusion et la cohésion sociale grâce à des séances hebdomadaires de sport et d’éducation à la paix. « PIN a lancé l’équipe de para-football en 2009 et jusqu’à présent, 264 participants ont bénéficié du programme, notamment des victimes de la polio, qui utilisent des sièges à patins fabriqués localement et leurs mains pour contrôler le ballon », explique le fondateur. Par ailleurs, 25 membres du club de para-football de Kano formés en design de mode et coiffure ont également reçu récemment des équipements de travail (machines à coudre et accessoires, groupes électrogènes, tondeuses et stérilisateurs) destinés à augmenter leurs revenus et stimuler leur esprit d’entreprise.

« Nous espérons que nos projets serviront à développer l’amitié entre jeunes d’origines ethniques, culturelles et religieuses différentes », note Sodipo. « L’inclusion d’autres groupes dans nos programmes [comme les personnes handicapées] aidera à éradiquer la stigmatisation et à établir des interactions significatives entre les divers groupes de nos communautés. »

Cet article est publié dans le cadre de 7,7 Milliards, une opération de journalisme collaboratif rassemblant 15 médias d’information du monde entier à la rencontre d’initiatives pour l’inclusion sociale, économique et citoyenne.

L’opération

Ces articles sont publiés dans le cadre de 7,7 Milliards, une opération de journalisme collaboratif rassemblant 15 médias d’information du monde entier à la rencontre d’initiatives pour l’inclusion sociale, économique et citoyenne.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+

Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

1€ pour 1 mois
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose d'un compte
Je me connecte
1€ Accès au Soir+
pendant 24h
Je me l'offre
Je suis abonné et
je souhaite bénéficier du Soir+
Je m'inscris
A la une
Tous

En direct

Le direct