Boris Johnson fait du Brexit une comédie

Boris Johnson fait du Brexit une comédie
Reuters

Frais comme le journal du matin, mais aussi vite obsolète que l’actualité d’hier – voilà comment l’ Observer résumait Seventy-Two Virgins (« Septante-deux vierges »), le premier roman de Boris Johnson. Et, de fait, une place dans l’histoire de la littérature lui a autant échappé en 2004 que le mandat de la circonscription de Clwyd South, au nord du pays de Galles, en 1997.

D’un autre côté, la pure virtuosité n’est pas la seule façon de se rendre inoubliable. Et qui de mieux placé pour le savoir que Boris Johnson himself , lui qui, alors tout jeune journaliste, avait été évincé du Times à cause d’une fausse citation, pour finalement faire carrière au Daily Telegraph .

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct