La Belgique de 2030, ni durable ni sociale

La ministre Marie-Christine Marghem souligne qu’elle a demandé à plusieurs reprises à ses collègues fédéraux leurs engagements respectifs en matière de développement durable… sans jamais recevoir de réponse.
La ministre Marie-Christine Marghem souligne qu’elle a demandé à plusieurs reprises à ses collègues fédéraux leurs engagements respectifs en matière de développement durable… sans jamais recevoir de réponse. - Photo News.

Le développement durable est le cadet des soucis de la Belgique. C’est, en substance, ce qui ressort du rapport du Bureau du Plan, révélé ce mardi par Le Soir. Comme tous les deux ans, le Plan a évalué comment la Belgique évolue vers les « objectifs de développement durable » de l’ONU qu’elle s’est fixés pour 2030. 51 indicateurs ont été passés à la loupe, relevant de quatre composantes : le social, l’environnemental, le secteur économique et la gouvernance. Ils vont donc de l’endettement des ménages à l’espérance de vie, en passant par la population des oiseaux ou l’égalité salariale entre femmes et hommes. Et le bulletin n’est pas glorieux. Sur les 22 indicateurs, qui disposent d’une cible à atteindre (souvent un pourcentage fixé par des traités internationaux), 4 seulement devraient atteindre la cible en 2030, 17 ne l’atteindront pas – pour le dernier indicateur, les données sont trop variables pour procéder à une évaluation.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    À la Une du Soir+