Hatice Cengiz

Hatice Cengiz

La semaine dernière, à la faveur d’un appel lancé depuis Londres, la fiancée turque du journaliste saoudien tué en octobre dernier par des agents saoudiens à l’intérieur du consulat d’Arabie saoudite d’Istanbul, a imploré Shinzo Abe d’évoquer ce drame avec Mohammed ben Salmane. Le prince héritier saoudien, que beaucoup voient comme le commanditaire de cet assassinat, sera présent à Osaka au titre d’invité du G20.

Mais le Premier ministre nippon est dans une situation compliquée pour, très hypothétiquement, prendre le risque d’intervenir dans ce dossier. En effet, Tokyo entretient d’excellentes relations tant avec la Turquie qu’avec l’Arabie saoudite. Ce dernier pays, par ailleurs, est le premier fournisseur de pétrole brut de l’archipel.

Aussi, Shinzo Abe préférera-t-il sans doute s’en tenir à la position de stricte neutralité qui est celle du Japon depuis que cette affaire a éclaté : le pays du Soleil levant se borne à appeler à sa « résolution rapide, équitable et transparente ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct