Rebiya Kadeer

Rebiya Kadeer

Pékin s’est étranglé en apprenant la nouvelle. Le 19 juin dernier, le Japon a autorisé l’entrée sur son territoire de Rebiya Kadeer : une des représentantes en exil de la minorité ouïgoure, opprimée en Chine, qui a fui son pays et trouvé refuge aux Etats-Unis. Elle sera donc présente sur le sol nippon au même moment que le président Xi Jinping.

Or, auparavant, via une démarche officielle effectuée auprès du cabinet du Premier ministre Shinzo Abe, un haut responsable du ministère chinois de la Sécurité publique avait invité l’archipel à traiter « de manière appropriée » la demande de visa de séjour introduite par l’intéressée. Le message était clair : Pékin souhaitait que l’Immigration nippone rejette sa requête. Tokyo n’a pas donné suite, Rebiya Kadeer ayant déjà effectué une dizaine de séjours au Japon sans jamais y enfreindre la loi.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct