JO: l’élection des villes olympiques ne sera plus jamais la même

afp
afp

Réunis à l’occasion de la 124e session du Comité international olympique (CIO), à Lausanne, les membres de l’institution aux cinq anneaux ont accepté, ce mercredi, une réforme radicale du mode de scrutin pour les futures éditions des Jeux et se sont ainsi privés de leur privilège le plus important. « La situation actuelle créait trop de perdants », selon Thomas Bach, le président du CIO.

Dorénavant, le processus d’élection sera marqué du sceau de la flexibilité, pour éviter les récentes crises de vocation des villes candidates, comme on l’avait vu pour les Jeux d’hiver de 2022, où seules Pékin (finalement élue sans être une ville réputée pour ses montagnes…) et Almaty s’étaient présentées, et pour les Jeux d’été de 2024, finalement attribués à Paris, Los Angeles, l’autre candidate, se voyant refiler ceux de 2028 pour ne frustrer personne.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct