Zuckerberg reproche à Washington d’avoir laissé proliférer la manipulation électorale

Zuckerberg reproche à Washington d’avoir laissé proliférer la manipulation électorale
Reuters

Mark Zuckerberg a estimé mercredi que l’absence de réponse des autorités américaines après les manipulations politiques étrangères via Facebook en 2016 avait ouvert la voie à l’avalanche de campagnes similaires observée depuis. Il appelle aux « échelons supérieurs» pour dissuader les pays de manipuler les opinions publiques.

Très critiqué pour avoir totalement sous-estimé les campagnes de manipulation de l’opinion publique américaine lors de l’élection présidentielle et confronté depuis à des actions similaires quasiment en permanence, le jeune patron a appelé une nouvelle fois les gouvernements à davantage de régulation sur les données privées, les publicités politiques, les ingérences étrangères dans les élections, etc.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct