Bruxelles: le débat sur le voile s’invite dans les négociations

Mahinur Ozdemir, Inès Bouzid et Ihsane Haouach sont membres du collectif féministe «
Les Cannelles
», rassemblant des Bruxelloises de toutes origines et convictions.
Mahinur Ozdemir, Inès Bouzid et Ihsane Haouach sont membres du collectif féministe « Les Cannelles », rassemblant des Bruxelloises de toutes origines et convictions. - Dominique Duchesnes

Inès Bouzid rêvait de devenir sage-femme. Au regard des nombreuses interdictions dans le domaine médical (hautes écoles, stages, hôpitaux), elle a finalement entamé des études de littérature. Ihsane Haouach, elle, aurait voulu faire le droit. Craignant de ne jamais pouvoir plaider avec son voile, elle a opté pour une formation commerciale à Solvay. Quant à Layla Azzouzi, elle a connu des discriminations dans tous les domaines, du professionnel aux loisirs… sans oublier les remarques de sa propre famille, qui n’a jamais apprécié qu’elle décide de porter le foulard. Aujourd’hui, toutes ces femmes, nées en Belgique, diplômées, incarnent ces deuxième voire troisième générations de l’immigration qui se considèrent pleinement citoyennes et entendent bien trouver une place dans la société, sans renier leur identité.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct