L’air conditionné pour résister à la canicule: le serpent qui se mord la queue

A Singapour en avril 2017.
A Singapour en avril 2017. - Reuters

Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes », écrivait Bossuet. L’Europe a été écrasée par une canicule inédite dans son intensité depuis 2003. Et les habitants auront eu massivement recours, au travail ou à leur domicile, à la climatisation. Certains iront même jusqu’à acheter un climatiseur portable, très énergivore et peu efficace.

L’objectif est simple : échapper à l’écrasante chaleur de l’extérieur pour travailler ou flâner dans une atmosphère bien plus fraîche. Une intention anodine, semble-t-il, qui a séduit la planète entière – dix climatiseurs sont vendus chaque seconde à travers le monde. Pourtant, avoir recours à l’air conditionné a un impact non négligeable sur la planète, et entretient le changement climatique. Conséquence : la prochaine canicule sera encore plus forte que la précédente.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct