L’Iran relance l’enrichissement d’uranium en riposte aux sanctions américaines

Le président Hassan Rohani en tournée d’inspection lors de la Journée nationale de la technologie nucléaire, le 9 avril dernier à Téhéran.
Le président Hassan Rohani en tournée d’inspection lors de la Journée nationale de la technologie nucléaire, le 9 avril dernier à Téhéran. - EPA.

Trois jours pour agir : dimanche 7 juillet, le président iranien Hassan Rohani mettra à exécution sa menace proférée il y a exactement soixante jours, en ordonnant la reprise de l’enrichissement d’uranium à un taux supérieur à 3,67 %. Cette mesure sonnerait de facto le glas de l’accord péniblement négocié à Vienne le 14 juillet 2015, dit JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action). Aux termes de celui-ci, et sous la supervision des autres pays signataires (France, Royaume-Uni, Allemagne, Russie, Chine), le régime chiite promettait de geler son programme nucléaire pendant dix à quinze ans, en échange de la levée de sanctions économiques suffocantes. Le président Donald Trump avait fait campagne en 2016 contre cet « horrible accord » et avait fini par tenir sa promesse de le démanteler. Ce qui fut chose faite le 8 mai 2018. Dans la foulée, l’administration Trump édictait une nouvelle bordée de sanctions accablantes contre les dignitaires iraniens et les institutions du régime.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct