Données personnelles, la grande braderie

Faut-il avoir peur de Google et le traiter comme la peste ? Ou doit-on au contraire accepter les innovations qui fusent à jets continus de ses « labos » et reconnaître avec lui que la protection des données personnelles est un concept périmé ? Peut-on accepter que Facebook nous « offre » ses services de proximité en échange de notre intimité, qu’il coulera dans des profils destinés à vendre de la pub ciblée avec une précision chirurgicale ? Devrait-on enfin permettre aux services de renseignement de se livrer à des collectes massives de données personnelles dans l’objectif, bien incertain, d’épingler des terroristes et des cybercriminels ?

Chaque jour qui passe prive un peu plus le citoyen de la possibilité de conserver un peu de son libre-arbitre en ligne. La récolte d’empreintes numériques par Facebook est toujours plus efficace et difficilement contournable tandis que les législations visant à restreindre l’anonymat et raboter la vie privée fleurissent d’un bout à l’autre de la planète.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct