La transparence s’impose dans le supérieur

Derrière cette analyse des résultats des sessions 2017 et 2018 de l’examen d’entrée en médecine et dentisterie, se cache une longue procédure juridique. Dès septembre 2017, Stefan Dab, chargé de cours à la Solvay Brussels School, avait sollicité de l’Ares (Académie de recherche et d’enseignement supérieur) l’accès aux questionnaires et à toutes les données statistiques relatives à cette épreuve. L’Ares avait en effet été chargée par le gouvernement de l’organisation matérielle de l’examen. S’appuyant notamment sur un arrêté ministériel interdisant la publicité des questions de la partie 2 (communication et analyse critique de l’information), l’Ares avait refusé de lui livrer les données. Le professeur avait alors saisi la Commission d’accès aux documents administratifs, laquelle lui a donné raison à condition que les résultats soient anonymisés.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct