Dix pourcents de jeunes placés

Lorsqu’un jeune doit être provisoirement séparé de son milieu familial, il est de plus en plus fréquent qu’il soit placé en internat par les services d’aide ou de protection de la jeunesse (SAJ et SPJ). Ces nouveaux internes représentent pas moins de 10 % de la population d’élèves en internat à Bruxelles et en Wallonie. « Cette solution est bénéfique pour le jeune, car elle lui permet de ne pas être écarté du système et de continuer à mener une vie normale », estime Baudouin Rodric de l’internat de Dinant. « Mais, il y a un inconvénient financier : le SPJ ou le SAJ finance le coût de l’année sur base de ce que facturent les internats organisés par la Fédération Wallonie-Bruxelles, soit environ 2.400 euros. Le manque à gagner est donc de cinq cents euros. »

Selon les derniers chiffres disponibles, 1.176 enfants ou adolescents étaient placés par un juge dans un internat sur le territoire de la Fédération Wallonie Bruxelles, au 1er mai 2016. Une augmentation de plus de quinze pourcents depuis 2010.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct