Mobilité: à périphéries diverses, solutions différenciées

Si, à Bruxelles, la mobilité s’améliore un peu, elle continue à se dégrader en périphérie.
Si, à Bruxelles, la mobilité s’améliore un peu, elle continue à se dégrader en périphérie. - Photo News

Le constat n’étonnera pas ceux qui s’infligent la navette vers Bruxelles : la situation est loin de s’améliorer sur le plan de la mobilité. En revanche, sur le territoire de la Région, on observe une légère tendance à la baisse du trafic routier. Si une dégradation globale est sensible en périphérie, la situation varie selon qu’il y a ou pas une liaison ferroviaire, selon le niveau de congestion des axes routiers et leur proximité, voire selon la situation socio-économique des populations concernées. Et dans tous les cas, si l’on veut fluidifier la situation, une amélioration radicale de la coopération entre les sociétés de transport en commun qui desservent la périphérie est incontournable. De même qu’une amélioration de la coopération politique.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct