Examen d’entrée: 40% de candidats étrangers, «un risque pour le nombre de médecins actifs chez nous»

Examen d’entrée: 40% de candidats étrangers, «un risque pour le nombre de médecins actifs chez nous»
Olivier Polet.

J-1 pour l’examen d’entrée en médecine. Alors que la routine s’installe tout doucement – après les éditions de septembre 2017, juillet et août 2018 – l’épreuve de ce mercredi sera la quatrième du genre. Ce qui n’empêche pas de voir émerger des tendances jusqu’ici peu visibles. Le point avec Julien Nicaise, administrateur de l’Ares (la structure faîtière de l’enseignement supérieur, chargée de l’organisation matérielle de l’examen).

On aurait pu imaginer que la sélectivité de l’épreuve allait décourager les candidats, il n’en est rien semble-t-il…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct