La série «Chernobyl» provoque des remous dans la mémoire russe

«
Free Flight
».
« Free Flight ». - DR

La série la plus populaire de cet été a pour décor l’Union soviétique. Chernobyl , production de la chaîne de télévision américaine HBO, retrace la catastrophe nucléaire de 1986 tout en dépeignant la chute d’un système morbide, incapable de voir ce qui se produisait sous ses yeux.

Le premier épisode imprime une image indélébile : le lendemain de l’accident, un employé de la centrale ukrainienne est contraint par ses supérieurs à monter sur le toit du réacteur 3 pour constater les dégâts causés par l’explosion sur le bloc-réacteur 4 voisin. L’homme s’approche du bord et regarde en contrebas le feu de graphite, avant de tourner lentement vers nous son visage brûlé, qui ne parlera plus.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct