Villers-la-Ville propose un Cyrano à l’envers

«
On se sent tout petit quand on se retrouve face au monument, qu’on prend conscience de la matière
!
», avoue Bernard Yerlès.
« On se sent tout petit quand on se retrouve face au monument, qu’on prend conscience de la matière ! », avoue Bernard Yerlès. - Sébastien Fernandez.

En se glissant dans les répétitions de Cyrano de Bergerac à Villers-la-Ville, on s’attendait à tout sauf à croiser une montgolfière. Pourtant, le nom de Thierry Debroux à la mise en scène aurait dû nous mettre la puce à l’oreille. Depuis le Tour du Monde en 80 jours, on sait le metteur en scène et directeur du Théâtre du Parc capable de convoquer sur scène trains, paquebots ou éléphants dans de joyeux accès de démesure. Rien n’effraie cet orfèvre du grand spectacle populaire, pas même d’effrontés anachronismes pour dynamiser ses histoires. Ce qui nous ramène donc à cette montgolfière – miniature et montée sur roulettes, certes, mais montgolfière tout de même ! – qui déboule sur le plateau de bois planté au milieu des ruines de la célèbre abbaye cistercienne.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct