Il est temps que cesse l’affront mondial aux frites belges

Il est temps que cesse l’affront mondial aux frites belges
Bruno D’Alimonte.

La mascarade a assez duré. Ce samedi, la marque belge de frites surgelées Lutosa lance, en ce jour de National French fry day aux Etats-Unis, une pétition pour rebaptiser les frites, dans la culture anglophone, « Belgian fries ». Pour montrer qu’elle est sérieuse dans la défense du patrimoine belge, l’entreprise va par ailleurs changer de nom pour s’appeler Belviva.

Le débat sur l’origine de la patate coupée en lamelles et cuite dans l’huile anime surtout les historiens français et belges. « En ce qui me concerne, ce n’est pas la question la plus importante. La question primordiale, c’est la diffusion de la culture alimentaire, et là, c’est 100 % belge et un petit bout du nord de la France. Mais une fois que l’on descend sous Lille ou Paris, il n’y a pas cette culture de la frite comme chez nous », nous explique Peter Scholliers (VUB), historien de l’alimentation.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct