Plaintes pour viol à Dour: «On vit un phénomène #metoo dans les festivals»

«
Il est plus facile pour les victimes de porter plainte.
»
« Il est plus facile pour les victimes de porter plainte. » - Photo News.

Les trois viols qui ont eu lieu à Dour ne sont pas des exceptions. Chaque année, lorsque s’ouvre la saison des festivals, des informations de ce type se répètent. En 2017, le plus grand festival de Suède devait constater quatre viols et 23 agressions sexuelles et décidait d’annuler son édition 2018 pour la remplacer par un événement non mixte, uniquement ouvert aux femmes et aux personnes trans. En France, le 22 juin dernier, une jeune femme affirmait avoir été droguée et violée lors du Hellfest, et lançait un appel à témoins massivement relayé sur les réseaux sociaux. Le week-end dernier, ce sont aussi deux plaintes pour viol qui ont été déposées lors du festival Les Eurockéennes à Belfort. Consommation d’alcool et de stupéfiants, proximité physique, lieux propices à la séduction : les milieux festifs sont indéniablement des espaces à risques en termes de harcèlement sexuel, d’agressions et de viols. Mais les organisateurs en sont-ils conscients et, surtout, prennent-ils des mesures pour lutter contre le phénomène ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct