Nord Stream 2, le méga chantier européen de Gazprom suspendu au choix du Danemark

Des excavatrices flottantes préparent une tranchée sous-marine pour le gazoduc North Stream 2 près de Lubmin, en Allemagne.
Des excavatrices flottantes préparent une tranchée sous-marine pour le gazoduc North Stream 2 près de Lubmin, en Allemagne. - REUTERS.

D’ici la fin de l’été, il faudra bien une décision danoise… » Entre scepticisme et optimisme, ce patron d’une des grandes compagnies gazières européennes ne cache pas son impatience. Avec pour cible : Copenhague. Le Danemark est en fait le dernier des cinq pays riverains de la mer Baltique à ne pas encore avoir encore donné le permis de construire dans ses eaux pour Nord Stream 2.

Ce méga chantier de gazoduc à 9,5 milliards d’euros pour une capacité annuelle de 55 milliards de m3 progresse partout ailleurs selon le calendrier voulu par le géant russe Gazprom et ses partenaires européens (Engie, Shell, OMV, Uniper et Wintershall). Deux énormes barges s’activent à poser au fond de la Baltique 8 km de tuyaux par jour en moyenne, avec en vue une fin de chantier d’ici Noël et un début d’exploitation aux premiers jours de 2020.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct