Bruxelles: à 30 ans, on est périmé dans l’immobilier

La question de la démolition du siège social de BNP Paribas Fortis se poserait autrement aujourd’hui.
La question de la démolition du siège social de BNP Paribas Fortis se poserait autrement aujourd’hui. - Belga

Impossible de poser ses yeux sur le panorama bruxellois sans y voir des grues. Certaines sont là pour grignoter petit bout par petit bout des immeubles construits il y a parfois tout juste trente ans. Car après trente ans, dans le monde de l’immobilier de bureaux, on est obsolète. Seulement, dans une société qui érige de plus en plus sa conscience écologique, détruire un bâtiment d’à peine quelques dizaines d’années semble être une aberration. Si on considère l’impact environnemental de la première construction, auquel s’ajoute le coût de la destruction plus celui de la reconstruction, on arrive à des bilans carbone extrêmement élevés qui nous éloignent un peu plus de la durabilité. A cela doit également être ajouté le désintérêt des investisseurs pour les immeubles de bureaux, vu que la demande des sociétés se réduit. Il faut donc reconvertir ou détruire les immeubles de bureaux en logements, dont Bruxelles a cruellement besoin.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct