«Donald Trump est l’allié des Gardiens de la révolution iraniens»

Le 9 avril. En guise de protestation contre les Etats-Unis, le speaker du parlement iranien et plusieurs députés ont revêtu un uniforme de Gardien de la révolution.
Le 9 avril. En guise de protestation contre les Etats-Unis, le speaker du parlement iranien et plusieurs députés ont revêtu un uniforme de Gardien de la révolution. - Anadolu.

Reportage

En Iran aussi, la nature a horreur du vide. Les chantiers abandonnés par les sociétés étrangères, qui ont quitté le pays de peur des représailles américaines, ont été souvent cédés aux Gardiens de la révolution, ceux-là mêmes que Donald Trump a juré de soumettre en les plaçant en avril sur la liste noire américaine « des organisations terroristes étrangères ». « Un clan mafieux », a renchéri son secrétaire d’État, Mike Pompeo, en référence aux très nombreuses entités reliées à cette unité d’élite en charge de la protection du régime.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct