Au Louvre, le délicat déménagement de la Joconde

La salle des Etats, qui accueille La Joconde, va recevoir une cure de rafraîchissement
: elle voit défiler chaque jour des milliers de visiteurs... et leur ballet de smartphones.
La salle des Etats, qui accueille La Joconde, va recevoir une cure de rafraîchissement : elle voit défiler chaque jour des milliers de visiteurs... et leur ballet de smartphones. - Reuters.

Branle-bas de combat au Louvre. En ce mardi - le 16 juillet, NDLR -, jour de fermeture hebdomadaire, le musée déménage sa principale icône : La Joconde. Bénéficiant d’un mécénat d’Axa, la salle des États, dont elle est habituellement le joyau, entre en effet dans sa phase principale de rénovation.

Déjà la quarantaine de toiles du lieu, principalement de grands chefs-d’œuvre du XVIe siècle vénitien, ont été décrochées. Depuis mars, une sélection est présentée passage Mollien (aile Denon, premier étage, salle 713), le reste se trouvant en réserve ou en laboratoire. Exception a toutefois dû être faite pour Les Noces de Cana de Véronèse. D’un trop grand format (677 × 994 cm), son cadre fixé au mur retiré, le monstre sera protégé de la poussière et de la chaleur des travaux grâce à un coffrage de bois construit spécialement.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct