Rudi Vervoort au «Soir»: «Le chantage du MR, c’est une mauvaise pièce»

Rudi Vervoort rempile pour un troisième mandat
Rudi Vervoort rempile pour un troisième mandat - Photo News

Le ministre-président n’est pas homme de rupture, il assume donc bien volontiers que Vervoort III prolonge une série d’options prises par Vervoort II, tout en intégrant une forte dimension verte. Comme la confirmation que le gouvernement bruxellois sait où il va, même s’il peine parfois à l’exprimer haut et fort.

Réformer en profondeur un secteur du logement en crise, réduire la place de la voiture en ville, résorber le chômage, donner envie d’habiter sur ces 162 kilomètres carrés… Pour chacune de ces priorités, des idées, parfois réellement novatrices, pas vraiment de budget. Un angle d’attaque sur lequel Rudi Vervoort se fait flou, invoquant des sorties de périmètres budgétaires européens et autres réformes de la fiscalité. Comment vont-ils payer tout cela ? La réponse est promise pour septembre, lors du premier exercice budgétaire de la majorité. D’ici là, le doute est permis, pas encore fondé.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct