Justice des mineurs: «L’IPPJ m’a donné un cadre, la prison du temps pour réfléchir»

Justice des mineurs: «L’IPPJ m’a donné un cadre, la prison du temps pour réfléchir»
Roger Milutin

Le procès des assassins de Valentin Vermeesch, qui s’est soldé en juin dernier par de lourdes condamnations a démontré que la cruauté n’a pas d’âge et que des individus à peine sortis du monde de l’enfance étaient capables de commettre des actes ignobles avec un sang-froid et une détermination que nul, au cours du procès, n’a pu clairement expliquer.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Société