Beauvechain entend protéger aussi ses biens culturels

L’échevin de la Culture Benjamin Goes prend conscience de la fragilité du patrimoine communal, comme les céramiques de Max Van der Linden.
L’échevin de la Culture Benjamin Goes prend conscience de la fragilité du patrimoine communal, comme les céramiques de Max Van der Linden. - J.-P. D.V.

La ferme de Wahenge et l’église Saint-Martin, à Tourinnes-la-Grosse, ont cette particularité de figurer au patrimoine exceptionnel de Wallonie. Mais que se passera-t-il le jour où ces deux monuments seront la proie des flammes ou victime d’une catastrophe naturelle ? Si Beauvechain est conscient depuis longtemps de la richesse de son patrimoine, la commune semble aujourd’hui se rendre compte de sa fragilité.

« La question de la sauvegarde du patrimoine n’est pas qu’une question régionale ou internationale, s’explique l’échevin de la Culture, Benjamin Goes (Beauvechain Ensemble, CDH). C’est avant tout une histoire locale, une histoire entre un bien culturel et les habitants environnants. Mais s’il est encore aisé de rénover des biens culturels, la prévention des risques est souvent négligée. Or, si on vient de rénover l’église Saint-Martin pour deux millions d’euros, ce n’est pas pour voir les lieux partir en fumée comme Notre-Dame de Paris… »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct