Bertrand Vidal au «Soir»: «Le thème de la fin du monde dépasse la sphère religieuse et s’installe dans le monde scientifique»

Sans remettre en question l’urgence climatique, Bertrand Vidal voit dans les craintes qui animent certains manifestants pro-climat, une démarche survivaliste «
pour tenter de faire comprendre qu’on ne peut plus continuer comme cela
».
Sans remettre en question l’urgence climatique, Bertrand Vidal voit dans les craintes qui animent certains manifestants pro-climat, une démarche survivaliste « pour tenter de faire comprendre qu’on ne peut plus continuer comme cela ». - Pierre-Yves Thienpont.

Bertrand Vidal s’est intéressé aux survivalistes, c’est-à-dire à celles et ceux qui « prévoient un avenir incertain et cherchent des moyens de s’en sortir ». En vivant en retraite, en communauté, parfois loin de toute technologie. Ce faisant, le sociologue français dresse en pointillé le portrait d’une société qui en a fini avec la confiance et ne croit plus au progrès. Il jette des ponts entre les prophéties apocalyptiques les plus anciennes et certaines peurs contemporaines.

Vous commencez le livre que vous avez consacré aux survivalistes sur ce constat que les prophéties apocalyptiques ne sont pas une chose neuve. Les dernières qui sont apparues ne font-elles au fond que prolonger un mouvement plus ancien ou apportent-elles quelque chose de neuf ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct