Cyrano de Bergerac nous touche

Dans la scénographie astucieuse de Vincent Bresmal et Mathieu Delcourt et les beaux costumes d’Anne Guilleray, la verve, le rire et l’action l’emportent dans la première partie.
Dans la scénographie astucieuse de Vincent Bresmal et Mathieu Delcourt et les beaux costumes d’Anne Guilleray, la verve, le rire et l’action l’emportent dans la première partie. - Del Diffusion

Le soleil n’est pas encore couché quand un homme à la démarche incertaine pénètre sur le plateau. Son large chapeau dissimule ses traits et lorsqu’il s’effondre au pied des escaliers, on ne sait trop s’il s’agit d’une maladresse ou d’une mise en scène. L’arrivée de Roxane éclaire la situation. Nous sommes au couvent où la belle s’est réfugiée après la mort de celui qu’elle aimait, Christian de Neuvilette. Et l’homme au chapeau n’est autre que Cyrano…

En choisissant de commencer par un court extrait du dernier acte, Thierry Debroux assume le côté sombre de la pièce d’Edmond Rostand. Le temps des illusions est passé. Roxane se morfond au couvent. Depuis 14 ans, Cyrano vient lui rendre visite pour être sa « gazette », lui raconter les événements se passant à Paris et ailleurs. Aujourd’hui, pour la première fois, il est en retard et Roxane s’en amuse, feint de se vexer… Un jeu qui les ramène d’un coup à leur passé.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct