«Ça peut encore s’écrouler à tout moment»: «Le Soir» a pu visiter le chantier de Notre-Dame de Paris

Trois mois après le sinistre, les ouvriers en sont toujours aux travaux de sécurisation.
Trois mois après le sinistre, les ouvriers en sont toujours aux travaux de sécurisation. - reuters

REPORTAGE

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct