Russie: le pouvoir a la main lourde, mais les opposants ne se laissent pas intimider

Les brutalités policières de samedi étaient attendues. Le maire de Moscou Sergueï Sobianine avait qualifié la manifestation de «
menace sur la sécurité
» et promis que l’ordre public serait fermement maintenu.
Les brutalités policières de samedi étaient attendues. Le maire de Moscou Sergueï Sobianine avait qualifié la manifestation de « menace sur la sécurité » et promis que l’ordre public serait fermement maintenu. - Reuters.

La foule scande « Poutine – voleur ! », « Non au pouvoir des KGBistes ! », « Ensemble, nous sommes forts ! ». On entend même pour la première fois dans les rues de Moscou un slogan insultant la virilité du président russe, emprunté aux manifestants ukrainiens du Maïdan. Le cortège de plusieurs centaines de jeunes entre 16 et 30 ans s’égosille à travers les rues de la capitale, tentant d’échapper aux barrages de la police. Le cortège s’effiloche jusqu’à 21h, après des arrestations de plus en plus violentes.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct