Ce fut le Tour des larmes

Le Colombien Egan Bernal, benjamin de la meute des jeunes loups.
Le Colombien Egan Bernal, benjamin de la meute des jeunes loups. - Photo News

De Bruxelles à Paris, le Tour s’est hissé au sommet de l’émotion, en même temps qu’il franchissait les massifs montagneux, sous la canicule, l’orage, le vent, la grêle. Le peloton a défié le dérèglement climatique sans sourciller, il s’est accommodé de toutes les conditions en veillant, et c’est là sa fierté, à répondre aux attentes de l’organisateur. Le parcours était alléchant sur le papier, ce qui est du reste souvent le cas, ce n’est pas pour autant que les coureurs s’y expriment chaque fois comme le public l’aurait souhaité.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct