«Le droit à l’autodétermination rend l’Espagne ingouvernable»

«Le droit à l’autodétermination rend l’Espagne ingouvernable»
© Reuters.

Il est déjà bien loin le temps de la transition espagnole gouvernée soit par un seul parti politique (PSOE ou PP) disposant de la majorité absolue soit, lorsqu’il leur manquait quelques députés pour obtenir la majorité, avec le soutien des nationalistes catalans et basques.

Au cours des dernières années, le processus indépendantiste catalan a complètement changé la donne. Trois gouvernements instables en quatre ans et il semble que de nouvelles élections pourraient avoir lieu en novembre, et qu’elles ne résoudraient probablement pas le problème de la gouvernabilité de l’Espagne. L’Espagne est-elle devenue ingouvernable ?

Des espaces libres

Une des conséquences du processus indépendantiste a été que les deux grands partis traditionnels (PSOE et PP) ont laissé des espaces permettant l’éclosion de nouveaux partis. L’entrée de Ciudadanos et de Podemos en 2015 à la Chambre des députés (Assemblée nationale), juste après la première consultation sur l’indépendance du 9 novembre 2014 (9-N), est due à la possibilité de couvrir en Espagne un espace plus nationaliste que le PP (Ciudadanos d’abord et, depuis 2018, également VOX) et un autre espace plus à gauche du PSOE, avec Podemos, un parti qui reconnaît timidement le droit à l’autodétermination des peuples qui coexistent dans l’État espagnol.

Des négociations indispensables

L’arithmétique des dernières élections générales rend très difficile la formation d’un gouvernement stable si l’on ne s’assied pas pour négocier avec les partis indépendantistes la question d’un référendum dont les termes seraient établis d’un commun accord. Ne pas le faire conduirait très probablement les Espagnols à de nouvelles élections en novembre 2019 et rien n’indique que les résultats changeront suffisamment pour qu’un seul parti obtienne la majorité absolue, ou que le bloc PP-Ciudadanos le fasse, et il serait inutile que le PSOE et Podemos y parviennent, comme cela a déjà été vu. À l’heure actuelle, un pacte entre le PSOE et le PP ou Ciudadanos est également très improbable, car leurs positions sur le problème catalan restent très éloignées.

Un Etat en crise

Cette instabilité politique survient à un moment où l’Espagne doit procéder à de grandes réformes structurelles en raison du non-respect des objectifs concernant le déficit public, dix ans après le début de la crise, avec un système de retraite manifestement insoutenable, un chômage qui reste le deuxième le plus élevé de l’UE, la précarité de l’emploi étant, par ailleurs, extrêmement élevée et, en cas de nouvelle crise, le chômage dépasserait à nouveau un taux de 20 % sans possibilité de mettre en œuvre des politiques de protection sociale avec un État dont la dette est proche de 100 % de son PIB.

Une région de toutes les convoitises

La Catalogne continue d’être la locomotive de l’État espagnol, avec une croissance du PIB de 2,6 % en 2018, pratiquement le taux le plus élevé des pays centraux de l’UEM ; elle reste l’un des quatre moteurs industriels de l’UE avec un poids industriel supérieur à 20 % du PIB ; c’est la communauté autonome avec le plus fort taux d’investissements productifs étrangers, ainsi que la meilleure région pour investir en Europe du Sud selon le Financial Times  ; les exportations augmentent pour la neuvième année consécutive et représentent plus de 25 % du total de l’État. Barcelone est la sixième ville de l’Union européenne en matière de tourisme international, et elle possède le premier port de croisière en Europe. C’est également la quatrième ville en importance au monde pour ce qui est de l’organisation de congrès et de salons, et la première en nombre de délégué(e)s participant à des réunions internationales. Cela sans compter qu’il s’agit de la troisième destination préférée en Europe pour y lancer une start-up et la huitième ville la plus innovante d’Europe.

Sous-investissement endémique

Bénéficier de tels résultats est très méritoire, mais c’est extrêmement difficile avec un État qui nous est contraire. En effet, ce qui dépend de Madrid a tendance à mal fonctionner en Catalogne. Les trains appartenant à la société de chemins de fer RENFE ont des retards constants et des pannes fréquentes, les services de l’aéroport El Prat (les plus rentables de l’État) sont sous-dimensionnés, comme en témoigne ce week-end la grève du personnel de manutention qui est discriminé par rapport à celui de Madrid. Ajoutons à cela des routes de forte densité de circulation sans voie de dédoublement, comme la NII qui est la nationale sur laquelle circulent le plus grand nombre de camions de la péninsule et qui comporte encore des tronçons à une seule voie. Tout cela avec des politiques d’investissement qui ne dépassent jamais 15 % du budget d’investissement de l’ensemble de l’État, bien que la Catalogne représente 19 % du PIB et dont le pourcentage d’exécution, au cours des dix dernières années, dépasse à peine 75 %.

Quiconque ne connaît pas la réalité catalane ne devrait penser que cette maltraitance de l’État est une conséquence du processus d’indépendance. Au contraire, le soutien dont bénéficie l’indépendance est passé à près de 50 % parce que cela faisait des années que l’État maltraitait la Catalogne sur le plan économique, que ce soit avec des gouvernements du PP ou bien du PSOE.

L’UE aux abonnés absents

Cela dit, je suis convaincu que la Catalogne, et certainement aussi l’Espagne, pourraient se développer davantage qu’elles ne le font si nous avions un cadre de relations entre les administrations plus stable, ce qui aiderait l’UE à se développer davantage et à relever les défis mondiaux qui ont surgi récemment en raison du Brexit, ainsi que des nouveaux équilibres entre les États-Unis et la Chine ou la Russie. Si l’UE est trop occupée avec ses conflits internes, elle ne pourra guère faire face aux défis planétaires de manière unitaire.

Mais revenons à la question principale de l’article. La gouvernabilité de l’État espagnol sera impossible si l’on ne compte pas sur cette locomotive économique qu’est la Catalogne sur le plan politique. En tant que président de la Chambre de commerce, d’industrie et de navigation de Barcelone, je suis convaincu que l’Europe n’a d’autre choix que d’intervenir dans la politique espagnole, sinon les conséquences seront bien plus désastreuses pour l’ensemble de l’UE dans les prochains mois.

Victimes collatérales

Avec l’élection de Boris Johnson et la sortie plus que prévisible du Royaume-Uni de l’UE, l’Espagne devient l’une des économies les plus importantes et en même temps la plus problématique de l’UE. En octobre prochain, il est prévu que les condamnations des prisonniers politiques catalans seront rendues publiques et que, selon diverses sources, elles seront très sévères. Je voudrais saisir cette occasion pour dire que l’un d’eux, Jordi Cuixart, est un homme d’affaires exemplaire, avec une entreprise exportatrice de premier plan dans son secteur et qui s’est vu privé de la possibilité de la gérer pendant presque deux ans, bien que le groupe de travail de l’arrestation arbitraire de l’ONU ait appelé à sa libération immédiate.

Ces condamnations feront descendre des centaines de milliers de Catalans dans la rue comme ils l’ont fait le 3 octobre 2017 et entraîneront probablement un arrêt de l’économie de plus d’une journée. On ne peut oublier que l’autoroute AP7 est le principal axe de transit des marchandises entre la péninsule ibérique et l’Europe et qu’une longue grève générale pourrait contribuer à accroître l’instabilité.

Un conflit à l’issue imprévisible

L’attitude négative du gouvernement de Pedro Sánchez, qui n’a même pas voulu établir un dialogue avec le président catalan Quim Torra, rend impossible tout scénario de stabilité et contraste avec les appels continus au dialogue lancés par les partis indépendantistes qui font preuve d’un véritable sens des responsabilités en essayant de mettre les bases d’une solution accordée. L’échec de l’investiture d’un président du gouvernement en Espagne la semaine dernière nous conduit vers un conflit dont on peut savoir comment et quand il commence, mais pas quand et comment il se termine.

J’en appelle donc aux institutions européennes pour qu’elles profitent du mois d’août pour demander au président Sánchez d’éviter de nouvelles élections et de rechercher une solution négociée au conflit existant. Un gouvernement stable est possible avec l’accord du PSOE et de Podemos, d’ERC et de Junts per Catalunya qui représentent 70 % du Parlement catalan, à condition que le gouvernement engage un vrai dialogue avec la Catalogne.

Je tiens enfin à rappeler que, lorsqu’il a fallu le faire, et la Grèce et l’Italie ont dû faire l’objet d’une intervention pour le bien commun de tous les citoyens de la communauté.

* La Chambre de Commerce de Barcelone représente plus de 400.000 entreprises. En mai dernier, son président ainsi que le comité exécutif et la séance plénière ont été renouvellés suite à des élections.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+

Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

1€ pour 1 mois
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose d'un compte
Je me connecte
1€ Accès au Soir+
pendant 24h
Je me l'offre
Je suis abonné et
je souhaite bénéficier du Soir+
Je m'inscris
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct