Le Bahreïn dans l’engrenage de la répression

Manifestation anti-gouvernementale, le 21 février 2017 au Bahrein
: la situation au Bahreïn s’est singulièrement détériorée depuis le «
printemps arabe
» de 2011.
Manifestation anti-gouvernementale, le 21 février 2017 au Bahrein : la situation au Bahreïn s’est singulièrement détériorée depuis le « printemps arabe » de 2011. - Reuters.

Rien n’y a fait. En dépit des appels à la clémence, les autorités du royaume du Bahreïn, dans le Golfe, ont procédé samedi 27 juillet avant l’aube à l’exécution par balles de trois hommes condamnés à mort. Si aucun détail n’est disponible quant à l’identité d’un des trois suppliciés, les deux autres appartiennent à la majorité chiite de la population discriminée par le régime sunnite, celui de la famille Al-Khalifa qui détient le pouvoir dans ce minuscule pays de 760 km² peuplé par un gros million et demi d’habitants. Les exécutions ont été suivies par des manifestations de protestation dans diverses localités et un jeune homme est décédé durant ces heurts.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct