Les Européens divisés sur la succession de Christine Lagarde au FMI

Nadia Calvino, ministre espagnole des Finances.
Nadia Calvino, ministre espagnole des Finances. - Photo News.

Si la crise n’est plus qu’un mauvais souvenir, les divergences nord-sud en Europe sur les politiques économiques restent aussi vivaces que jamais. Difficile, en effet, pour les Européens, de se rassembler derrière un seul nom à proposer pour la direction générale du Fonds monétaire international (FMI).

Ils sont pourtant à l’origine de la décision de rappeler à Francfort l’actuelle patronne de l’institution de Washington, Christine Lagarde, qui deviendra à l’automne la nouvelle présidente de la Banque centrale européenne. Ils considèrent, du reste, que la direction du FMI leur revient en vertu d’un accord tacite avec les Américains, ces derniers ayant la mainmise sur la Banque mondiale – d’ailleurs, Donald Trump, en janvier, s’est empressé d’envoyer à la Banque mondiale son favori, David Malpass, après la démission surprise de Jim Yong Kim, d’origine coréenne mais citoyen américain.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct