RDC: la guerre des vaccins trouble la lutte contre Ebola

Ecoutant l’ancien ministre Oly Ilunga, nombre de citoyens refusent de prendre le deuxième vaccin créé par Johnson&Johnson. «
Nous ne voulons pas servir de cobayes.
»
Ecoutant l’ancien ministre Oly Ilunga, nombre de citoyens refusent de prendre le deuxième vaccin créé par Johnson&Johnson. « Nous ne voulons pas servir de cobayes. » - AFP

Decryptage

Depuis que l’épidémie Ebola a gagné Goma, une ville de plus d’un million d’habitants, d’où partent des vols nationaux et internationaux et qu’elle menace Bukavu, tout aussi surpeuplée, l’inquiétude gagne toute la région et a été enfin déclarée « urgence sanitaire de portée internationale » par l’OMS, après trois refus successifs. Cette reconnaissance de la gravité de la situation devrait permettre de débloquer des fonds supplémentaires (350 millions de dollars et100 millions mis à disposition par la Banque Mondiale) et de placer la gestion de la crise entre d’autres mains que la seule autorité congolaise.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct