Ebola n’est qu’un malheur, une trahison de plus

A Goma, les médecins prennent la température des enfants aux points de contrôle sanitaires.
A Goma, les médecins prennent la température des enfants aux points de contrôle sanitaires. - EPA

Trop, c’est trop. Les populations de l’est du Congo sont recrues de violences, de mensonges et l’épidémie d’Ebola, qui a débuté voici un an, continue de ronger un tissu social déjà dévasté par les exodes, les tueries, les accaparements de terres et de ressources minières, l’insécurité généralisée…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct