L’abbé condamné invoquait un «délit politique»

L’abbé condamné invoquait un «délit politique»

Le grand absent de ce procès d’assises était le vicaire Armand Van Eecke, dont le discours incendiaire du 21 juin en chaire de vérité, en appelant aux feux détruisant Sodome et Gomorrhe, avait marqué le début des « feux de Saint-Genois ».

Les articles du vicaire, publiés dans ‘t Jaar 30 avaient aussi excité les passions en mettant en scène, sous pseudonymes, les édiles communaux confrontés à des incendies. Considéré dans un premier temps comme complice des incendiaires, l’abbé fut d’abord renvoyé devant le tribunal correctionnel de Courtrai. Le parquet fit appel de ce renvoi, considérant, non sans pertinence, que « l’incitation à commettre un crime » se devait d’être « directe » et non résulter de l’excitation des passions, sauf à menacer de poursuites tout discours militant.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct