L’Amérique à l’ère de Trump prend la mesure du «terrorisme intérieur»

Donald Trump a évité de relancer le débat sur les armes à feu. Il a préféré insister sur le rôle néfaste que jouerait selon lui internet dans la radicalisation de personnes souffrant de troubles mentaux et qui mènent à des drames comme celui de Dayton sur la photo.
Donald Trump a évité de relancer le débat sur les armes à feu. Il a préféré insister sur le rôle néfaste que jouerait selon lui internet dans la radicalisation de personnes souffrant de troubles mentaux et qui mènent à des drames comme celui de Dayton sur la photo. - Reuters

C e carnage américain prend fin ici, et maintenant. » Lors de son discours d’investiture, le 20 janvier 2017, Donald Trump aurait pu parler des ravages causés par les tueries récurrentes aux Etats-Unis, le fléau des armes à feu de fort calibre en vente libre, leur association périlleuse avec un mouvement suprémaciste blanc en pleine expansion. Mais le 45eprésident des Etats-Unis ne pensait à rien de tout ça : le carnage, pour lui, désignait la paupérisation des campagnes, l’immigration illégale, le chamboulement du régime d’assurance-maladie, la concurrence commerciale de la Chine, le tout attribué à son prédécesseur honni, Barack Obama.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct