Fusillade au Texas: l’Europe n’échappera pas à la violence raciste

Le président Donald Trump a condamné lundi l’idéologie raciste du suprémacisme blanc, suspectée d’être à l’oeuvre dans l’une des deux fusillades ayant endeuillé les Etats-Unis ce week-end, tout en évitant de mettre l’accent sur la lutte contre les armes à feu.
Le président Donald Trump a condamné lundi l’idéologie raciste du suprémacisme blanc, suspectée d’être à l’oeuvre dans l’une des deux fusillades ayant endeuillé les Etats-Unis ce week-end, tout en évitant de mettre l’accent sur la lutte contre les armes à feu. - EPA

Devons-nous nous attendre à des attentats perpétrés, sur notre sol européen, au nom du suprémacisme blanc ? Samedi matin à El Paso, ville texane à majorité hispanique à la frontière mexicaine, un homme blanc de 21 ans équipé d’un fusil d’assaut a ouvert le feu dans un centre commercial bondé, faisant 20 morts et 26 blessés, avant de se rendre. La police examine la piste du racisme, le tireur étant suspecté d’épouser des thèses extrémistes. Cinq ans auparavant, les autorités américaines chiffraient à 930 le nombre de groupuscules suprémacistes répartis sur l’ensemble du territoire. Cette année, 1.020 groupes actifs ont été recensés.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct