Décès de Bjorg Lambrecht: le risque, pire adversaire des cyclistes

EPA
EPA

Au lendemain du drame, Maxime Monfort a enfourché son vélo et est parti s’entraîner en Ardenne, cherchant dans cette forme de routine quelques repères rassurants, des signes de réconfort peut-être. Comme si ce respect de bonnes habitudes permettait un retour à la réalité, au bout d’un mauvais rêve… Mais le Nadrinois, déjà fort éprouvé par la disparition de son ami Antoine Demoitié il y a trois ans, n’est évidemment pas sorti du cauchemar et reste submergé par les tourments, une émotion qui déchire ses tripes. « Sorry, je n’ai vraiment pas envie de parler de cela, les mots paraissent de toute façon si dérisoires. C’est tellement tragique… J’espère seulement que Bjorgske reposera en paix. » Au sein du peloton, singulièrement de cette équipe Lotto-Soudal une nouvelle fois meurtrie au plus profond de son cœur, l’émotion reste vive, à fleur de peau, même si la formation belge a, par respect pour la mémoire de son grimpeur de poche (affectueusement dénommé « Matchbox » dans le groupe) est restée en Pologne.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct