Lukaku doit faire oublier ses prédécesseurs belges

©News
©News

Après les passages éclairs de Ludo Coeck et Enzo Scifo à l’Inter Milan au siècle dernier, Gaby Mudingayi a relancé la filière belge, avant de voir Senna Miangue, Zinho Vanheusden et Xian Emmers tenter de faire leur trou au sein de la Primavera, l’antichambre de l’équipe première. Radja Nainggolan, arrivé l’été dernier avant de repartir pour Cagliari, n’a pas laissé une trace impérissable dans les entrailles du stade Giuseppe Meazza. Tout comme ses prédécesseurs, dira-t-on. Si, pour l’heure, aucun de nos compatriotes (y compris le Belgo-Marocain Ibrahim Maaroufi) n’est parvenu à s’intégrer sur du long terme en Lombardie, Lukaku pourrait résoudre cette anomalie de l’histoire. Impliqué de plain-pied dans le nouveau projet porté par Antonio Conte et, a fortiori, par le directeur sportif Giuseppe Marotta, le Bruxellois devra aussi gérer au mieux la pression extérieure, inhérente au montant de la transaction (80 millions d’euros). « Je ne m’inquiète pas pour lui, il a les épaules pour gérer cela », rassure Johan Walem.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct