Les femmes subliment le Gaume Jazz

Eve Beuvens dans son magnifique concert solo.
Eve Beuvens dans son magnifique concert solo. - Hugo Lefèvre.

Trois jours de musiques, de paix et de bonheur. On peut se permettre un clin d’œil à Woodstock, même si le Gaume Jazz, à 35 ans, n’atteint pas (encore) les 50 ans de l’autre. Mais on est sans doute à Rossignol, village de la commune de Tintigny, dans l’extrême sud de la Belgique, dans le festival de jazz le plus hippie de l’été. On y vient en famille, entre amis, pour passer un bon moment, musical et fraternel.

Et c’est bien ce que le Gaume Jazz nous a, une fois de plus, offert cette année. Avec cette volonté de pousser de jeunes artistes comme les Bruxellois de Whocat, le pianiste luxembourgeois Arthur Possing, les filles de Belcirque, la one woman show d’Esinam ; et des artistes confirmés à oser de nouveaux projets : Overseas de Toine Thys, teinté oriental, Laurent Blondiau et Gabor Gado en duo dans l’église, ou la pianiste Eve Beuvens en solo.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct