Ai Weiwei: «Je me considère comme un réfugié»

«
Je ne sais pas où je vais vivre. Je n’ai pas de patrie, car la Chine m’a rejeté depuis que je suis né. Celui qui connaît sa destination n’est plus un réfugié. Je suis un réfugié
», dit Ai Weiwei.
« Je ne sais pas où je vais vivre. Je n’ai pas de patrie, car la Chine m’a rejeté depuis que je suis né. Celui qui connaît sa destination n’est plus un réfugié. Je suis un réfugié », dit Ai Weiwei. - Photo News.

Entretien

L’artiste Ai Weiwei revient pour la première fois sur son intention de tourner le dos à l’Allemagne. Au cours d’une interview, il nous a expliqué que son choix avait notamment été motivé par deux choses : un taxi berlinois trop parfumé et la flagornerie de l’Allemagne vis-à-vis de la Chine.

Cela fait maintenant quatre ans que vous vivez en exil à Berlin. Vous avez été professeur à l’Université des arts, tenez un immense atelier dans les catacombes du quartier de Prenzlauer Berg, mais avez pourtant annoncé que vous souhaitiez quitter l’Allemagne. Pourquoi ?

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct