La concurrence se fait attendre au Standard

@News
@News

La situation est paradoxale. Le Standard possède actuellement un noyau de 36 joueurs. Mais, dimanche, à Saint-Trond, les solutions de rechange semblaient faire défaut sur le banc.

D’ailleurs, en trois journées de championnat, Michel Preud’homme n’a utilisé que 17 joueurs. Comme Ricardo Sa Pinto il y a deux ans. Soit le nombre le plus faible depuis l’époque Guy Luzon en 2013 (16). Voilà peut-être pourquoi Michel Preud’homme évitait de dramatiser le revers subi au Stayen. Parce que la concurrence va arriver. Mais quand ? Sans doute, en partie, après la trêve internationale du début septembre.

Peu de solutions offensives

C’est évidemment dans le secteur offensif que le besoin d’alternatives s’est fait sentir lors de ce deuxième déplacement de la saison même si Cop, à peine monté au jeu, a eu l’occasion d’égaliser sans une intervention sur la ligne d’Endo.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct