Les négociations au fédéral coincent: les informateurs veulent convaincre le PS de bouger

S’il est raisonnable de penser que les présidents du PS et de la N-VA finiront par confronter leurs arguments face à face, il est tout aussi raisonnable d’estimer que les socialistes, refusant d’endosser la responsabilité d’un statu quo, reproposeront leur schéma de prédilection
: une coalition fédérale sans la N-VA.
S’il est raisonnable de penser que les présidents du PS et de la N-VA finiront par confronter leurs arguments face à face, il est tout aussi raisonnable d’estimer que les socialistes, refusant d’endosser la responsabilité d’un statu quo, reproposeront leur schéma de prédilection : une coalition fédérale sans la N-VA. - Belga

Bart De Wever, leader de la N-VA, se plaint publiquement (ce fut son propos lundi, en conférence de presse) de ne pas avoir de signal de la part du PS ; Johan Vande Lanotte, informateur royal, implore (ça se passe en coulisse, mais on l’entend jusqu’ici) le PS de faire un pas, aussi dans l’espoir de garder son SP.A dans le jeu ; Didier Reynders, informateur royal lui aussi, veut également que les deux grands partis se parlent ; des libéraux fustigent, off the record, « l’hypocrisie » voire « la schizophrénie » du PS où « deux lignes, deux agendas s’affrontent », et qui « a commis un péché originel en ostracisant à ce point la N-VA »… Vous avez dit pression sur le PS ? Difficile de faire plus fort.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct