Les racines élémentaires d'Amélie Nothomb: «L’événement de ma vie? Mes insomnies!»

«
Très tôt, dès que j’étais seule, le plus souvent la nuit, j’ai commencé à me raconter non pas des histoires, mais  l’histoire 
».
« Très tôt, dès que j’étais seule, le plus souvent la nuit, j’ai commencé à me raconter non pas des histoires, mais l’histoire ». - Jean-Baptiste Mondino

Vingt-sept ans. Cela fait vingt-sept ans, déjà, qu’Amélie Nothomb est entrée dans notre intimité, en se glissant entre la bibliothèque et la table de nuit. Chaque année depuis Hygiène de l’assassin, invariablement à la fin du mois d’août, cette cousine de famille nous rend visite, un livre à la main, en nous racontant des histoires étranges, baroques, sombres, glaçantes, passionnelles ou drôles. Vingt-sept ans... et vingt-sept romans, « publiés », insiste-t-elle. Soixante-neuf autres ne l’ont pas été. 96 romans, en fait. A cette romancière presque centenaire, nous avons posé les questions originelles : d’où vient-elle ? Qu’est-ce qui l’a construite ? Par quels dédales en est-elle passée ? A table.

Je ne serais pas devenue ce que je suis si...

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct